Click here to monitor SSC
SQLServerCentral is supported by Red Gate Software Ltd.
 
Log in  ::  Register  ::  Not logged in
 
 
 

How to Deal with Quebec’s Extremists: Expose Their Malfeasance Publicly?

 NB - to my regular blog readers, excuse the tangent here, but the local provincial extremists attempted something in my 'hood recently that is not acceptable, so I stepped in to protect the community. Normally I would agree with the principle of not disparaging an individual, however the cyber-bullying of a few individuals in this province warrant a smack-down.

Last Friday, activity in a Facebook group called 'Au Québec, c'est en français' indicated that there would be an anti-English speaking march in neighbourhoods that were ‘traditionally’ English speaking, and now completely bilingual.  I wrote to the group on Friday, 16th of July, the following to dissuade them from the offensive march:

Je considère ceci comme un acte d’extrémisme. Le français existe au Québec depuis 400 ans, et bien protégé déjà…autant qu’on passe trop de temps sur les lois qui ne font qu’harcelé notre minorité surtout. Il faut s’assurer que parler la langue /du client est plus importante que la projection de ce que le reste de la province veut faire sur la métropole avec ces communautés diverses.  Creating ethnic divisions like this, and walking around in gangs in the street to make Anglophones feel unwelcome in their own home, their own province…(I added more when it was live, but you get the message).

Promouvoir le français doit être fait d’une façon plus constructive que le harcèlement aux arrondissements bilingues. J’habite TMR [Ville Mont-Royal] et nous sommes heureux et vivre en paix (c’est moitié anglo/franco btw). Leave your insecurity out of our neighbourhood. Whoever told you Montreal wasn’t also an English speaking city lied to you (look at the three other corners of the city’s flag[: Scotland, Ireland, England are there too - Montreal is a four nations city, a cosmopolitain city]), do not blame failed and illegitimate referendums or the power of the Lingua Franca [over business and international relations] upon us. Nous ne sommes pas un bouc-émissaire pour cette autre fausse tempête en ce qui concerne la perte du français au Québec.

English is an official language in large number of communities [about fifty see list, plus all Federal institutions] in Quebec, and this is a bilingual country, so this street gang style linguistic attack is inacceptable.   C’est bien partie la tolérance de notre cher Guy Favreau, eh ?  Si vous marchez dans cette ridicule campagne, oui, vous allez confirmer ce que je dis.

I am a Champion for Canada, et Le Québec est Inclus dans Mon Pays


So after trying to talk some sense into the extremist group, which had about 220 confirmed attendees of their Anglophobic Anti-Bill 103 march (Au Québec, c’est le français / in QC, it’s the French language), I was, of course, attacked and eventually blocked from the two-thousand something member group.

Three times, publically Mr Préfontaine called me a Racist, here is the first instance Friday afternoon, 16 July [comments are in brakets], and stupid spelling mistakes are fixed in both languages to improve readability:

Louis Préfontaine's Facebook Photo

Louis Préfontaine Merci à un raciste comme Hugo Shebbeare de nous rappeler pourquoi cette marche pour la diversité et la spéficité française en Amérique du Nord est utile! [thanks to r__ like HS for reminding us why this march is for diversity and French specificity in North America is usefull]

51 minutes ago · Comment ·LikeUnlike · View Feedback (2)Hide Feedback (2) · Report

Yvan Major likes this.

Yvan Major

?*spécificité? :o)

10 minutes ago · LikeUnlike 

Yvan Major Merci à tout ceux et celles qui seront là, invitez les gens de votre entourage qui font un effort de parler français. 
Dans le fond se qu'ont veut c'est pas la perfection, mais l'effort et le respect du français dans toute sa complexité. Je suis loin d'être un exemple de perfection du français écrit mais mes efforts son... là.
Ce que je souhaite est de rassembler les québécois et québécoises autour de la langue national, le français. 
Pour les unilingues anglophones qui n'aiment pas le français, je crois qu'il y a tellement de choix dans 9 provinces au Canada et 50 états américains ou l'anglais domine que de vouloir garder notre Québec en français est vraiment pas trop demandé.
[thanks for all who will be there, invite your friends who make an effort to speak French. In the end, we don't want perfection, but the effort and respect of the French language in its complexity.  I'm far from perfect in French, but my efforts are there.
What I hope is to gather Quebeckers around the 'national' language, French.
For the unilingual Anglophones that don't like French, I believe there is so much choice in the nine other provinces of Canada and in the U.S.A, where English dominates, that to want to keep our province a French province is not too much to ask. 
]

See More  [this means if you speak English, go live somewhere else, even if QC is your home – we want to keep QC French (only)]

2 hours ago · Comment ·LikeUnlike · View Feedback (7)Hide Feedback (7) · Report

2 people like this.

Yvan Major

Héhé avant j'aimais bien ça moi aussi mais je me suis rendu compte qu'ils sont tellement pas ouvert à comprendre les autres qu'ils ne voient que se qu'ils veulent bien voir, donc ça donne toujours des conversations qui finissent mal. C'est ben d'valeur que je trouve plus comment le banir avec le nouveau format des évènements :(.
[Hehehe, before never well ..me also I realised that they are not open to understanding others, and they understand what they only want to understand. Always ends up finishing badtly these conversations.  It has value that I don't find how to ban with this new event format.]

14 minutes ago · LikeUnlike

Yvan Major

Bon j'ai trouvé :o) Que le meilleur GAGNE!!! Qu'est-ce qu'ont dit à notre ami Hugo? BYE! BYE!

8 minutes ago · LikeUnlike [So, he is celebrating banning me from the group, stating that the best wins, even though it was done in a classically sovereigntist methodology of blocking comments from those who resist their Clanniste mentality] 

Monsieur Préfontainte was so hell-bent on attacking me, he went again, Friday 16th afternoon,  

to find my comments on my friend Michel Laroque’s Facebook page:

Michel Larocque

 

Il faut restreindre l'accès aux cégeps anglophones [restrict access to English speaking Colleges]

fr.canoe.ca

Votre portail d'informations sur l'actualité nationale au Canada et au Québec. Pour comprendre les enjeux politiques, économiques et sociaux.

July 15 at 5:03pm · Comment · Like · Share

Michel Larocque likes this.

Martin Houle 

au Québec il est impératif de restreindre, interdire, couper, abolir, supprimer, réduire, diminuer, contrôler, superviser, légiférer après tous ca la nous serons tous vraiment indépendant et libre!

July 15 at 5:13pm · Like ·  4 people [Martin says, in QC it’s imperative to restrict, cut, suppress, abolish, reduce, control, supervise, ….etc - after all that we will be really independent and free! [note the sarcasm...]

Michel Larocque 

Très bonne réflexion Martin!

July 15 at 5:13pm · Like ·  2 people [Michel states that this is a very good reflection of the current reality in QC, with respect to how the government interferes]

Michel Larocque 

Ils veulent nous tenir dans l'ignorance, nous fermer sur soi et nous séquestrer dans le territoire du Québec !

July 15 at 5:28pm · Like[they want to keep us ignorant, lock us into Quebec's territory]

Nick Waldteufel 

Oui Martin, vive le Québec libre pour de vrai !

July 15 at 7:15pm · Like  [Quebec is autonomous, and the truth is that it expresses it's liberty by locking everything down (especially linguistic minority rights)]

Philippe David 

Effectivement, des jeunes bilingues seraient bien plus mobiles et ils le savent

July 15 at 8:21pm · Like ·  2 people [Philippe states that young people will be more mobile and they know it]

Hugo Shebbeare 

Somebody get us some duct tape for Landry's mouth: he just spews fascism with the shield of fear of loss of identity.
Silly, silly grumpy old wanker :)

July 15 at 9:24pm · Like ·  2 people ·(Bernard Landry glorifies anti-semetics and fascists, as you can see here. Adrien Arcand was a Canadian Nazi supporter, and as I have mentioned before regarding militant sovereigntists like Landry, disgusting as it sounds, they are pro-Nazi due to the damage Hitler caused to the Commonwealth and to the Jewish population of Europe..) 

Gérald Bouchard 

Le PQ formera le prochain gouvernement au Québec et c'est bien ainsi la langue et la culture seras bien protégé.

N'en déplaise aux fédéralistes et aux libéraux de Jean Charest les portes de l'enferre leurs sont grande ouverte ce pour plusieurs décennies avenir .

Cela leur permettra de ce réhabilité avec la justice.
...S

Friday at 12:49pm · Like [Bouchard states that there will be a PQ govt next, and then the language will be protected again.  He says the gates of Hell are wide open for the Federalists, LIberals and Charest for the decades to come. This will permit them to rehabilitate themselves with Justice.]

MB (wishes to remain anonymous) 

Le Pq au pouvoir= Retour en arrière NON MERCI!!!

Friday at 1:09pm · Like [Manon states that the PQ in power means a return to the past]

Louis Préfontaine 

La Loi 101 au cégep est une excellente idée, mais c'est insuffisant. Plutôt que d'avoir des lois pour « empêcher » les gens, il suffit de faire comme les autres nations sur cette Terre et de ne financer qu'un seul réseau d'éducation publique francophone de la maternelle à l'université. Cessons de financer une langue étrangère au Québec.

Hugo Shebbeare 

Anglais la langue de l'étranger ? Anglo/Xenophobic Clanniste Zealot proves to us that he is, over and over again.

Friday at 3:02pm · Like ·  2 people · [I question Louis' statement that English is a foreign language to Quebec, and then identify the character of his preachings ]

Louis Préfontaine 

?@Hugo: 1) Le français est la seule langue commune et officielle au Québec. Nous n'avons pas à financer un système public dans une autre langue. En France, on éduque en français, en Espagne en espagnol, au Québec en français. Si des gens veulent faire le choix de s'instruire dans une langue étrangère, ce n'est pas à l'État de payer pour ce geste réducteur de cohésion sociale.

2) Si tu veux t'adresser à moi, fais-le dans notre langue commune.

MB (wishes to remain anonymous) 

Je m'excuse mais les anglophones sont autant Québécois que toi et non des étrangers..Quel propos xénophobes...c'est des gens qui pense comme toi qui fais que parfois j'ai honte d'être Québécoise :(.

[Manon reminds him that all Quebeckers, no matter what language they speak are Quebeckers, unlike Louis’ insistence that we are outsiders and foreigners in our own Officially Bilingual Country and must speak French]

Louis Préfontaine 

?@Manon: Oui, ils ont le droit de parler anglais. Mais la langue commune, au Québec, c'est le français. Un individu a le droit de parler le russe en France, le mandarin en Allemagne ou le Pendjabi en Australie, mais quand il prend la parole en public, quand il s'adresse à ses concitoyens, il le fait en français, en allemand ou en anglais.

Il n'y a rien, absolument rien de xénophobe à vouloir qu'on s'adresse à soi dans la langue nationale. C'est à cause de gens comme toi que le français est en train de disparaître et qu'on réduit la diversité culturelle mondiale.

Louis Préfontaine {he states to Manon that we have the right to speak English, but French is the common language of QC. Individuals can speak other languages in France, Germany, etc, but when they speak publically, they do it in French (meaning to him that the 2-2.5M allo and anglophones do not exist).  There is nothing xenophobic about using the national language.  It is because of people like you  that French is dissappearig and that the world's diversity is reduced]

Tu sais, Manon, il y a un mot pour décrire les gens qui ont honte de leur propre langue, de leur propre culture et qui en viennent à considérer le fait d'avoir une langue commune dans leur nation comme étant un outrage: co-lo-ni-sé.

Étrangement, ces gens, lorsqu'ils vont en voyage, se soumettent à la langue anglaise au Canada et aux États-Unis, au français en France et à l'allemand en Allemagne.

Toutes les nations ont le droit d'avoir une langue commune, mais pas le Québec.

Oui, des colonisés.
[he continues to act as if French can be the only language in QC, as if the English speaking community doesn’t exist and that Canada is another country. If you speak English you are none other than a colonised person, he repeats this as insult at the end also]

Hugo Shebbeare 

Louis 'never lived outside of QC,but thinks he knows the world' Préfontaine: 
Au Canada l'état, c'est le Canada: QC is a province that has the most francophones within our bilingual multi-nation state. Exemple: How can you possibly say that McGill and Concordia, institutions that have existed here for hundreds of years are teaching in a foreign language (?) - especially in a country where we are all immigrants (à moins que vous êtes aborigene?!). More erroneous Clanniste logic? I only need to point out one Spanish city to note how inept your logic is- Barcelona: teaching is in Catalan, Spanish and English (several MBA programs, [some in French too I am sure]).
You are none other than an inebriated nationalist, exactly the kind of mentality that was present at the Caisse de Défauts when we lost $47BN of our retirement money (peu importe la langue de déposant dans cette institution ratte sur l'investissement pour le QC). 

Ce sont les imbéciles comme vous qui contribue ouvertement au déclin tranquille du QC avec cette pensé unique.

Friday  · Like · [yes, I insult him back stating that the decline of QC is due to persons such as him scaring away investment.]

Louis Préfontaine 

?@Hugo: Je te le répète. Si tu veux discuter avec moi, fais-le dans la langue commune du Québec. Aurait-on idée de discuter avec un français en s'adressant à lui en Russe, ou à un Russe en lui parlant le mandarin? Notre langue commune, la seule langue officielle du Québec, c'est le français. Si tu ne veux pas communiquer avec moi et que tu préfères t'enfermer dans ton racisme, c'est ton choix. Moi, je t'ouvre les bras si tu respectes nos valeurs fondamentales, dont l'une d'elle est le fait que nous parlons français au Québec. Si tu veux parler anglais, tu as tout l'Amérique du Nord. Salut, M. Raciste.

Friday at ~:37pm · Like [he states basically that I have to speak with him in French only, treating English as a foreign language to Quebec, and seemingly refuses to accept that he lives Canada, and that I am a racist for thinking my community even exists in Quebec - he cannot see that his nationalism has made him blind.]

Hugo Shebbeare 

Il n'y a rien, absolument rien de xénophobe à vouloir qu'on s'adresse à soi dans la langue nationale [his original comment]: really, so then it's your fascism deciding for me what language I can use? The OLF cannot save you here, legalised bullying will not function on the web.

Friday at ~:37pm · Like · 

Louis Préfontaine 

Je suis désolé Hugo, mais je ne te comprends pas. Parle-moi dans la langue commune si tu t'adresses à moi. ? ?? ??????? ?? ????? ????? ???????????.

Friday at ~:38pm · Like [basically, he’s doing the ‘I can’t hear you’ kids’ game, even though I have made many statements in French to him… and for him to write back to me in English would be speaking a foreign, unknown language for him, or too demeaning, or whatever other idea he has washed his brain with :)]

Hugo Shebbeare 

Ahh, Raciste? Tu parles à quelqu'un de souche aussi minable ! [my great grandmother was a Charlebois, so even if he is an ethnocentric, he’s attacking his own]  À Lire: http://www.sqlservercentral.com/blogs/hugo/archive/2010/02/15/first-public-hearing-against-quebec-s-pension-fund-manager-the-beginning-of-proof-multiple-laws-were-violated-before-sabia-took-over.aspx
I happen to have the QC Human Rights Commission on the CDP's ass for over 22 months now for their Vice Presidents commenting to each other how easy it is to kick out 'Les Anglais.' If you were brave, you'd fight the fascists with which you support indirectly.

Friday at ~:47pm · Like · 

Louis Préfontaine 

Écoute, j'aimerais bien continuer la discussion avec toi, mais je trouve que tu as de la difficulté à t'exprimer dans notre langue commune et j'ai de la difficulté à comprendre ce que tu essaies de dire. La seule chose que je sais de toi, c'est que tu viens de Vancouver, que tu habites ici mais que tu refuses d'apprendre la langue commune des Québécois. Tant qu'à moi, tu peux bien retourner d'où tu viens, et ce ne serait qu'un raciste de moins au Québec.

Friday at ~:51pm · Like [instead of reading what I have to say, even when it is half in French, he continues to insult me and refuses to comprehend what I am saying  - and yet again he shows us the Xenophobia of the QC extremist by telling me to go home to Vancouver, even though I have lived in QC for 12 years and speak, and write, in French: directly translated he is saying, For me, you can return to where you came from, and that would be one less r_t in QC]

Louis Préfontaine 

Bonne fin de journée à tous.

Friday at ~:52pm · Like

Michel Larocque 

"Une chose que j'ai remarqué chez les séparatistes, c'est qu'ils agissent comme des perdants, des complexés et aiment se repliés sur eux. Ils méprisent ceux qui ne sont pas semblable à eux et qui ne pensent comme eux. Imposé leur langue dite commune quand ils la maitrisent pas eux même !!! Depuis l'adobtion de la loi 101 par le PQ en 1977, ils n'a pas de changement majeure. La langue française est toujours en déclin sur l'île de Montreal. Les ayatollahs de la langue française aurons beau imposé et dicté comment communiquer entre Québecois de souche et nouveaux arrivant, le français sera toujours menacé savez-vous pourquoi, car nous la respectons même pas notre langue nous la bafouons nous même. Comment se fait il que des gens venant de l'extérieur,exemple, d'autre pays de la francophonie maitise mieux la langue dite commune du Québec ??? Savez-vous combien de Québecois sont parfaitement biligue? Une minorité!!! Pendant se temp les anglophones parlent de plus en plus français eux ont compris que d'avoir une deuxième langue est un passeport pour le monde. Mais nous les Québecois de souche nous nous replions sur nous, nous nous aimons à se point, pas sûr... Je pense que le temp est comté pour nous , d'ici là crachons sur les américains, les anglophone et les allophones, nous sommes les meilleures! 
-Un ancien séparatiste donc un traître!!!"
[Michel confirms, at length, the fascist tendencies of the militants here, who cannot even master FR even.  He says the language Zealots like Louis have not had any impact on the decline of FR in Montreal, nor has Bill 101.]

Friday at 6:21pm · Like

Fernand Trudel: "Non Louis, j'ai voyagé dans neuf provinces pendant 28 ans, été fondateur du PQ. j'ai lutté pour le québec francais contre la loi 22, puis la loi 63 ai connu personnellement Camille Laurin auteur de la loi 101. Je sais que pour survivre aujoud'hui il faut plusieurs langues et se restreindre au français est s'obliger à s'emmurer au Québec. Même Mme marois pour être premier ministre doirt maitriser la langue anglaise.. J'ai connu la commisson Laurendeau-Dunton sur le bilinguisme et j'ai même assisté a une scéance de la commission sur le biculturalisme Pépin-Robarts à Tortonto sur laquelle siégeait Mme Rollande Chauput-Rollande. J'ai connu les émeutes de St-Léonard car les italiens qui parlent tous français voulaient envoyer leurs enfants à l'école anglaise. Celui qui était au front c'était mon ami Pierre Lemieux président de la Ligue d'intégration scolaire et du mouvement d'intégration scolaire. J'ai signé une pétition pour que l'on puisse avoir Radio-Canada en francais à Toronto et nous avons eu gain de cause. Une chance que je n'ai pas véçu pour te parler ainsi. Du CPE jusqu'au secondaire cinq, il me semble que tout se passe en français. Apprendre une deuxième langue et pour les plus intelligents un troisième langue au CEGEP au lieu d'être gelé comme une binne, il me semble que ça aide à se décbrouiller dans la vie. En Europe, la plupart des pays enseignent une deuxième langue au primaire même en Angleterre. En Allemagne ils apprennent trois langues. Eux ne sont pas bornés comme toi. De toute façon avec l'immigration le Québec dans le Canada est passé de 30% au moment de la révolution tranquille à 23% aujourd'hui sous le couvert d'une loi contraignante exigeant le français comme seule langue. Continuez ainsi et on sera encore moins important en nombre... Car c'est pas la langue qui attire les immigrants mais la possibilité de devenir plus riche en Amérique et ça on est en train de le bousiller aussi... Toi qui connait ton histoire ou du moins ce qu'on a bien voulu te montrer. explique-moi pourquoi René Lévesque a claqué la porte de son parti ??? Explique moi pourquoi tous les ministres autant péquistes que libéraux ont envoyé leurs enfants à l'école privée et anglaise ? Explique moi pourquoi André Boisclair a été étudier aux États-Unis en anglais ? Je vois que tu te prépare à t'emmurer au Québec pour toute ta vie car sans une autre langue tu ne peux en sortir et le monde sauf la France et les pays africains sur le BS international seront ton seul univers... "
Fernand Trudel commented on Michel Larocque's link:

"La meilleure façon de faire régresser le francais est le repli sur soi que tu préconise louis. Quand tu pveux te mêler au reste du monde et faire ton chemin par l'excellence tu as plus de chance d,mêtre respecté. En France, on fait du shopping, on va au drugstore pour remplir ses prescriptions, le courtier en valeur est un trader, etc... Le nec plus ultra en musique (regarde les postes français FR5) est d'inviter un noir américain qui chante en anglais. Tu parles de maitriser le français avant d,en apprendre une autre, si au Cegep tu ne la maitrise pas, C'est que tu n'a pas fait d'effort et que tu n'en fera jamais. Te protéger davantage coure à ta perte car un jour tu sera confronté à la réalité de commercer avec le reste du monde. Ca n'a rien à voir entre garder sa différence et essayer de faire son chemin à travers les autres. Au lieu d'avoir comme valeur de devenir le meilleur comme : Céline Dion devenue chanteuse internationale, Julie Payette astronaute de renom, Guy Laliberté et son Cirque du Soleil, Paul Desmarais qui est devenu une des principales fortunes au monde, comme Joannie Rochette qui a visé la médaille dans des circonstances tragiques quiadulée par tous les canadiens, peu importe leur langue. Eux n'ont pas eu peur de chercher l'excellence pas de se cacher derière un paravent linguistique comme toi... En tout cas, je n',ai sûrement pas de leçon à recevoir de toi qui ne sait rien de l'histoire de ton pays, ni de celui qui te répond. "

Michel Larocque 

En passant si vous penser que la souveraineté sera pour vous, déchantez vous vite, car c'est pour les dirigeants du Pcul et quelques leaders syndicaux, à part de cela ils se foutent pas mal de vous, bande rèveur và... If you think that separation will be for you, stop your chanting, because it is for the Parti Quebecois heads and their trade union buddies - apart from this group, they have no care for you big dreamers.

Friday at 6:29pm · Like

Louis Préfontaine 

?@Michel: Les acquis de la Loi 101 sont extrêmement nombreux. Je pourrais en parler pendant des heures. Faudrait vous informer, Monsieur, avant d'écrire de telles conneries.

Friday at 9:46pm · Like [now he’s even insulting Michel for telling the truth, saying that Bill 101 has been good for Quebec, and that there is enough to talk about it for hours.  He says that Michel should inform himself before writing such useless things (even though Michel is much older and wiser than this young Chump)]

Louis Préfontaine 

En passant, le bilinguisme institutionnalisé est un ennemi à combattre. Le jour où les Québécois seraient bilingues avec une langue aussi forte que l'anglais serait le jour de la fin du Québec. Aucun peuple, dans l'Histoire de l'humanité, n'est devenu bilingue avec la langue d'un peuple le dominant sans finir par perdre sa langue. 

Que les anglophones soient seulement bilingues est une aberration. Il y a une seule langue au Québec et c'est le français.

Friday at 9:49pm · Like [he states that Bilingualism is an institutionalised enemy. He states that all people who have ceded to a dominant language have
lost theirs.
He says that day when Quebeckers are bilingual with a language as strong as English, will be the end of QC.  He states again that all
people have lost their language, in all history, have not become bilingual without losing their own language (yet when I ask him for proof of his history degree, he never presents it)
]

Michel Larocque 

Unilingue français et fermé au monde restons dans notre bulle...

Saturday at 12:22am · Like  [Michel reminds him that refusing to learn another language is very closed minded, like living in a bubble]

Fernand regarding Bill 101 applied to CEGEPs (Colleges) "Louis si tu veux te barricader autour des Cegep t'a en belle maisa respecte ceux qui s'ouvrent sur le monde d'aujourd'hui. J'ai un ami qui a été embauché à Londres par Citroën alors qu'ilétait à la retarite et qui vient de Montréal. Il a 67 ans et parle couramment 5 langues, voilà pourquoi il a un talent recherché. Louis Préfontaine n'a jamais sorti du Québec et ne parle ue le français il se limite auy Québec. en France et dans les pays africains parlant français tous sur le BS international. Le vrai marché international d,avenir se fait au Brésil, en Inde et en Chine dont tous trois ont comme langue de commerce l'anglais pas le français. Alors reste con Louis, on te payera ton BS bientôt... "

Hugo Shebbeare 

Man, you must really enjoy being a Zombie. Look up Jean Naimard to see how badly I thrashed his false assumptions. Vous êtes complêtment sans integrité, et fou. I am crazy, but at least I have logic and don't get trapped into monotheism like you seem to afflict yourself with. 

At least, if you are going to pain yourself publically so much doing so, pensez essayer d'avoir du respet pour votre voisin. Egalité, toutes les personnes sont égales sous la loi: you give us the clear impression that provoking hatred of our community is duty to the language that has existed already for 400 years here in QC, and shall continue to do so, and not just in Quebec, but across Canada. We have the right not to be harassed because of our language (I hope it pours on your march tomrrow) - that's a Charter Violation. But you've already proven to us you are a dumb xeno and anglophobe (I`ll still try and save you...).
Donc, parce que vous aimez brisez des lois avec votre cause (haine caché), notre communauté doit simplement accepter cela comme de la tolérance ? Comme une société ouverte vers le monde avec vous les extremistes ?

Vous avez surement pas un diplôme en histoire et faites de beaux erreurs avec cette déclaration sur les peuples. J'ai déjà mentionné l'Espagne comme exemple, mais vous avez rien compris, donc je saute en Grande Bretagne.
The Welsh maintain their language and are bilingual - I could find tons of other examples, but you r too stuck in easy stereotype thinking to snap outta it.

Saturday at 12:28am · Like · [I explain to him that he is violating the Charter by targeting someone because of hs language, and remind him that an open
society doesn't threaten linguistic minorities
]

Louis Préfontaine 

?@Michel: Le monde est pluriel. Il est ouvert sur les peuples et la diversité. Protéger le français au Québec, c'est protéger la diversité dans le monde.

@Hugo: Parlez-moi en français et je discuterai avec vous.

Saturday at 1:25am · Like [Louis talks about preserving diversity in the world…by limiting access to English as a way to accomplish this, and reminds me
again to only speak French to him (which is typical franco-supremacist talk, as if we were in Alabama in the forties and I was Black and he was White person talking down to me)
]

 

Fernand Trudel 

Bernard ride again !!! Alors qu'en Europe être polyglotte est un must, ici il faut parler uniquement français. Le repli sur soi doit avoir une limite en cette période où le net nous ouvre le monde. Faut sortir de l'ombre de nos clochers sous lesquels nos curés nous ont protégés...

Saturday at 11:10am · Like ·  1 person [Fernand makes the great point that being a polyglot is a must in the modern age, especially in Europe.]

Louis Préfontaine 

Être polyglotte est un choix personnel. L'État n'a pas à financer des études dans une langue étrangère. Si l'élite désire parler plusieurs langues, grand bien lui fasse, mais dans la plupart des nations de la planète, on respecte les cultures nationales et on s'ouvre à la diversité que représente la survie de ces cultures. Votre discours, M. Trudel, est celui du passé et celui de la fermeture.

Saturday at 1:33pm · Like [Being a polyglot is a personal choice.  The state should not finance foreign language education.  If the elite desire to speak
several languages, good for them, but most nations of the world, the national culture is respected and we open ourselves to the diversity that
represents the survival of this culture. He tells [my friend] Fernand that he's part of the past and closed-minded
.]

Fernand Trudel 

Votre discours Monsieur louis date de plus loin que moi dans le passé. En 1837-38 ce sont les patriotes arrangés par nos curés qui ont perdus une deuxième fois la bataille comme celle de 1760. Si nous curé nous ont préservé à l'ombre de leur clocher, le discours indépendantiste après le révolution tranquille où les curés se sont fait jeter dehors a été repris par les souverainistes. Ils parlent de québécois de souche française versus les autres. C'est du racisme comme dans le temps de la race arienne. Avec l'avènement de l’ordinateur on est ouvert sur le monde et ceux qui ne veulent pas accepter cette réalité se réfugient derrière les mêmes barrières datant de 1760 pour résister et survivre. Moi, me cacher dans la cuisine pour me diminuer, c'est pas pour moi.

Saturday at 8:08pm · Like  [Fernand states to Louis that indeed it is he the racist, just like Hitler’s idealism of the Aryans. He mentions that thanks to the computers we are more open to the world, and too bad he hasn’t caught up]

Fernand Trudel 

C'est de valeur qu'à l'école on ne vous a pas enseigné l'histoire du monde et de votre pays. On voit que ça vous manque...

Saturday at 8:09pm · Like

Louis Préfontaine 

Racisme de «race aryenne »... Vous en fumez du bon, M. Trudel. Un petit retour sur les bancs d'école, peut-être? 

L'ouverture, au 21e siècle, c'est de participer à la création d'un monde pluriel. Et cette pluralité passe par la survie du peuple québécois. C'est plutôt vous qui êtes fermé, Monsieur.

Saturday at 8:20pm · Like [remarks that his comment about the Aryan Race ]

Fernand Trudel 

Non vous êtes jeune et aveuglé par votre fanatisme cultivé par un groupe raciste, le PQ. J'ai un vécu que vous n'avez pas et je sais de quoi je parles, car j'ai vécu la loi 22 et les émeutes de St-Léonartd car mon ami Pierre Lemieux, architecte, a perdu tous ses biens à diriger la Ligue d'intégration Scolaire et ensuite Le Mouvement d'intégration scolaire. On voulait intégrer les immigrants italiens de St-Léonard aux écoles françaises et il y a eu des émeutes mémorables qui a donné lieu au Bill 63 de Jean-Jacques Bertrand. Par la suite après l'avènement au pouvoir du PQ en novembre 1975, Camille Laurin a fait adopter la 101. Avant tout ca j'ai vécu la commission Laurenbdeau-Dunton sur le bilinguisme et la commission Pépin-Robarts sur le biculturalisme. J'ai assisté aux audiences alors que la commission Pépin-Robarts siégeait à mon hôtel du centre-ville de Toronto. Au fait avez vous déjà signé la pétition pour pouvoir écouter un poste télé en français à Toronto, moi si... Avez vous déjà rencontré un des membres de L'Alliance party de l'ouest, moi si à Calgary dans le but de rallier toutes les troupes indépendantistes sous un seul fanion , le parti conservateur. C'était des albertains qui sont encore tannés de payer pour les autres et de se faire cracher dans la face par ceux qu'ils aident y compris le Québec avec la péréquation. Continuez votre idée, et demain ce sera le reste du Canada qui vous jettera à la porte avec la facture de la part de la dette fédérale. pas de passeport, ni monnaie canadienne. C'est ce qui se dit de plus en plus dans le reste du pays, sortez du Québec bordel et arrêtez d'avoir des œillères. L'an passé j'ai visité les maritimes. Un autre monde qui eux aussi ne comprennent pas notre entêtement. Monsieur Louis, je connais de quoi vous parlez, vous pas... Landry est cette belle-mère qui a refusé 20 millions du fédéral pour sauver le zoo de Québec et l'aquarium parce qu'il ne voulait pas voir de chiffon rouge flotter sur ces endroits. Pendant ce temps, il envahissait avec un accord financier de près d'un demi million avec les caisses Desjardins, les écrans des guichets automatiques Desjardins en présentant l'Unifolié comme bienvenue sur le site. J'ai les documents qui le prouvent. Le Cegep est un niveau acceptable pour qu'on commence à apprendre une autre langue. Du CPE, au primaire et au secondaire jusqu'au secondaire cinq, on ne parle que français et déjà ce n’est pas assez pour vous ??? Est-ce que les autres pays attendent si longtemps pour leur apprendre une autre langue. En Suisse on est trilingue au primaire...

Saturday at 9:02pm · Like [M. Trudel is a very experienced man and has lived through a lot, yet Louis goes after him also.  Fernand makes some great points about how in QC we wait way too long before 'allowing' students to learn another language...even as late as College years, after Secondary/High School.  You can tell much he is fed up with these extremists also]

Louis Préfontaine 

M. Trudel, ce que vous dites est complètement disjoncté. Vous passez du coq à l'âne. La moitié de votre message parle de vos expériences et l'autre de choses qui n'ont rien à voir avec le sujet. Vous me parlez de la Suisse? Chaque canton éduque ses enfants dans une seule langue. Il n'y a qu'au Québec qu'on finance un réseau public parallèle dans une langue étrangère à la majorité. Il serait temps pour vous de cesser de vivre dans le passé; le futur sera aux peuples, il sera pluriel, et il respectera les peuples qui ont le désir de survivre.

Yesterday at 5:21am · Like [he thinks that we should stop funding for English Speaking institutions in QC because they are foreign to the provincial majority! You can see on his Anglophobic Blog the spewing of hatred and how disgusted he is that Anglo institutions are allowed to exist in QC]

 

 

Well, there you have some pretty extensive examples of what goes on here, what certain individuals continue to repeat over and over again, as if might makes right, as if preaching till what they think is true will be the truth. 

Once I speak with my lawyer, I shall take the appropriate actions to ensure this attempt at defamation by this typical QC extremist, which I have blogged extensively about
here and here
, is smacked down by the law (RCMP or SQ).  For now I shall leave this as open proof of my claims since I will attempt to do this entirely through e-mail instead of tiresome registered letters.  If Louis Préfontaine excuses himself, then I will remove this post denouncing his public accusations – but until then, I shall condemn openly his offensive remarks à propos the Anglophone community in Quebec

Conclusion

The best part of all this is however, for our community, is that after attacking misguided individuals such as Monsieur Préfontaine, head on, exposes this self-entitled territorialism over the language space. There are several of us in this group, the Defence Association of Anglophone Quebec, that are protecting our rights in this way, in many other different ways, and I applaud them all in countering this evil (no names need mentioning, you know who you are) because all these efforts seem to be paying off quite well (stopping Michèl Brulé’s hate literature was another, or helping Nancy Wood when CBC  management had their brain fart this Spring). Louis Préfontaine, and men like him, show us how quickly they fall on their own sword – and Michel Laroque, a friend of mine, describes this beautifully in French as you can see above (voir les beaux commentaries de Michel Laroque ci-haute).

Might I suggest next time that Louis wants to point the finger of that word beginning with an R we need not to repeat, that he looks first, up at the guy he was protecting with respect to the
Canoe Article in Question, Ex-Premier Landry, over his Anglo/Xenophobic comments when  Sabia’s candidature as the head of the Caisse de dépôt et placement du Québec (QC’s Pension plan Deposit and Investment Fund) was announced.

Also, I am pretty sure this man will attempt to
repudiate my complaint openly (as do most in the sovereigntist militant camp), but as you can see for yourself, the proof is above; there is no way to disclaim his repetitive slanderous remarks and personal attacks from this FrancoSupremacist. I guess I hit my mark too well? After discussing with a fellow Canadian SQL Server MVP the other day, exposing extremists by calling them upon the laws they violate openly, seems to be working quite effectively, it catches them completely off guard.  The result of this supposed march amongst bilingual neighbourhoods was a pathetic 15 person march on Saturday (from our field observations).  I am glad, and hope that stepping into that group of two thousand persons last Friday made them think twice about joining the ranks of some of Quebec’s most deceitful Chumps who openly violate Section 10 of the French Language Charter by discriminating against individuals based on language.

Yours Sincerely,

Hugo Shebbeare

 

PS:

For those who might consider fighting militants such as this a waste of time, I hear you, but going after the leadership of these extremist groups openly means to our brethren across Canada that we too no longer wish to let these persons preach hatred repetitively (il faut frapper fort ces extrémistes, tel que je fais) and proves that we are not apathetic to the consequences of their actions, which in themselves are not only violations of the French Language Charter, but also the Criminal Code of Canada (I shall confirm with a solicitor shortly).  The latter by indirectly inciting hatred of our community, by means of attacking English institutions as if they are alien to QC, therefore reinforcing, once again, my thesis: militant sovereigntists’ and their multiple attempts to continue the ethnic cleansing of the province of QC of it’s Anglophones by whatever insincere means they can think of.  Louis Préfontaine and his buddies, as you can see in the Facebook Event/Group are outwardly, involuntarily anti-English by announcing a march throughout several bilingual parts of town (which they think are majority Anglophone) – yet this person has to nerve to use the R word on me for questioning his motivations. Yes, the insane have taken over the asylum if I am confirmed as one, especially considering all I am asking this man to do is not to walk through the streets to harass anyone specifically (because the "Parade' route was definitely targeting the Allo/Anglo minority).  

PS. Cool article (à lire, SVP! ) ....It was the decades of war, and the years of forced ethnic homogenization afterward, that solidified the European myth that national borders are tied to single ethnic and linguistic groups. Only now, after that illusion has been unmasked on big-screen TV, have people begun to cheer for ...something else.
(I wish everyone would understand this, and our ethnic divisions would just fade away as they should - cette article fait le point sur un sujet extremement important)
See More

v1.theglobeandmail.com
The most authoritative news in Canada featuring articles from The Globe and Mail, breaking news coverage, national news, international news, sports, weather, Report on Business.

Comments

Posted by Hugo Shebbeare on 17 August 2010

Here are the chronological notes on Harassment and Threats by Yvan Major from today.

Yvan Major – Réseau de Résistance Suporter, and organiser of the failed march or Parade in our neighborhood Admin of Facebook group called 'Au Québec, c'est en français' :

eioqrw.blu.livefilestore.com/.../YvanMajor_RRQ_march_FB_group_Organiser.docx

Posted by Hugo Shebbeare on 25 September 2010

And Another Thing ...  (Regarding myths these Clannistas spread with impunity)

Brief comments on the issues of the day

THE GAZETTE SEPTEMBER 25, 2010

Westmount Rhodesians no more

A new StatsCan study seems to show that anglophones are no longer the rich, pampered minority Parti Quebecois founder Rene Levesque accused them of being in the 1970s. This decline in fortunes depends to some degree on definitions. If statisticians look at median income, anglophones, despite their higher educational attainment, earn less than francophones. But if average income is used, anglophones come out ahead. Committed proponents of the all-anglophones-are-rich school-of-thought like Charles Castonguay have dismissed the study out of hand. Westmount Rhodesians ... a research-proof cliche.

Read more: www.montrealgazette.com/.../story.html

Posted by Hugo Shebbeare on 27 September 2010

(here is another source text from the Gazette, with more details - before it vanishes :)

Quebec francophones earn more than anglophones, or so it seems

BY MARIAN SCOTT, MONTREAL GAZETTE SEPTEMBER 23, 2010 COMMENTS (4)

Quebec anglophones earn less than francophones with the same credentials, have higher rates of poverty and hold far fewer public-sector jobs, says a Statistics Canada report on the province's official language minority.

Photograph by: Bill Keay, Vancouver Sun file photo

MONTREAL — Quebec anglophones earn less than francophones with the same credentials, have higher rates of poverty and hold far fewer public-sector jobs, says a Statistics Canada report on the province's official language minority.

The 122-page report paints a comprehensive portrait of the nearly one million Quebecers — 13.4 per cent of the population — for whom English is the first official language spoken (FOLS).

Quebecers have long regarded anglophones as a rich, privileged minority — and until the 1960s, the stereotype was at least partly true.

But the tables have turned, according to report author Jean-Pierre Corbeil, chief specialist of Statistics Canada's language division.

The median annual income for English-speaking men — $27,008 — is nearly $4,000 lower than that of francophone men — $30,854 — the report found, based on 2006 census figures.

While the anglophone community has a higher proportion of people with incomes of $100,000 or more — four per cent of anglophones compared to 2.3 per cent of francophones — it also has more people living in poverty — 22 per cent of anglo-Quebecers compared to 16 per cent of French-speakers.

"There is much greater income disparity among anglophones than among francophones," Corbeil said.

"In fact, we find proportionately more anglophones who have high incomes but also more anglophones living under the poverty line," he added.

For women, the median income was similar for anglophones and francophones, with a median income of $20,140 for English-speaking women compared to $20,052 for French-speaking women.

In statistics, the median income is a middle value, meaning that half of the people earn more and the other half earn less.

Paradoxically, anglophones' average income is $3,000 higher than that of francophones, the report found. How can that be?

Because a small minority of wealthy individuals skew the average income of English-speaking Quebecers, Corbeil explained.

Median income is a much better indicator of the real situation of anglophone Quebecers, he said.

Anglophone Quebecers over 65 have a higher median income than francophones in that age group, Corbeil noted. "But when you look at younger people, a very different picture emerges."

Jack Jedwab, executive director of the Association for Canadian Studies, said "the Bill Gates effect" explains why anglos have a higher average income — $42,374 for English males compared to $38,457 for French-speaking males.

"It just takes a very small number of wealthy people to skew the results," he said.

But Charles Castonguay, a retired professor of mathematics and statistics at the University of Ottawa, charged that the report misrepresents the facts by suggesting that francophones out-earn anglophones.

"It's certainly false from the standpoint of average income," he said. "An average is an average is an average."

Corbeil countered that the disparity in average income in favour of anglophones is explained by certain characteristics of the anglophone community, including age, education, region and type of employment. When you correct for all those variables, an anglophone male with identical qualifications to a francophone male earns, on average, $1,900 less than his francophone counterpart, while an anglophone woman earns $700 less, he said.

Castonguay also attacked the report for defining anglophones by first official language spoken.

There are 607,165 Quebecers whose mother tongue is English. The anglophone population balloons to 994,723 if you includes everyone who, when asked which official language they speak the best, chooses English.

"It's a statistical stretching of what an anglophone is," Castonguay said. "It hinges on a declared ability to speak a language. I find it's too fuzzy and too flimsy."

But Corbeil pointed out that the report reflects the fact that the English-speaking community includes a high proportion of immigrants.

"Immigrants represent seven per cent of the francophone population but about one-third of the anglophone population," he said.

The high number of anglophones living in poverty is partly a reflection of the difficulties faced by many recent immigrants, Corbeil said.

Despite being better educated, on average, than native-born Quebecers, many immigrants are unable to find well-paying jobs, he noted.

Anglophones have higher educational attainment than francophones, despite their lower median income, the report noted.

One anglophone in five has no diploma or degree compared to one francophone in four; 25 per cent of anglophones have a post-secondary degree or diploma compared to only 15 per cent of francophones.

Anglophones are under-represented in public-sector jobs, particularly in the provincial civil service, the report notes.

Anglo-Quebecers represent only 2.8 per cent of the Quebec civil service even though they represent 13.3 per cent of the overall workforce. Francophones represent 97.2 per cent of the Quebec civil service even though they make up 86.5 per cent of the workforce.

© Copyright (c) The Montreal Gazette

Read more: www.montrealgazette.com/.../story.html

Posted by Hugo Shebbeare on 30 November 2010

Quebec should rethink its relationship with anglophones

Bill 103 would be a good place to start this new outlook

BY LINDA LEITH, FREELANCE SEPTEMBER 28, 2010

It's time for Quebec to rethink its relationship with its English-speaking minority. That's the message the Quebec Community Groups Network delivered to the National Assembly's public hearings on Bill 103 this month.

English-speaking Quebecers are not a threat to the majority. Au contraire, English-speaking Quebecers have made -and continue to make -enormous contributions to Quebec society in every walk of life, from education and business to health and agriculture, not to mention science, technology and the arts. Anglophones are largely bilingual, and strive to ensure their children are bilingual and bicultural. Far from being a threat, the English-speaking minority is an asset.

The QCGN went to Quebec City looking for official recognition of the contribution that English-speaking Quebecers make to Quebec and for legal protection of our minority rights and freedoms.

Bill 103 has been talked about principally in terms of access to English schools, and there are several groups that have spoken out effectively on issues affecting the schools that are, after all, the cornerstones of our community. What is less often discussed is that Bill 103 also proposes important changes to the Charter of the French Language and the Charter of Human Rights and Freedoms detrimental to the Englishspeaking minority.

The QCGN is proposing two fundamental shifts in perspective. First, we suggest that the French-speaking majority should recognize itself as a confident and dominant majority with the responsibility to protect the institutional vitality of its vulnerable minorities, including the English-speaking communities of Quebec.

Second, we propose that we work together to improve the social cohesion of Quebec's French-and Englishlanguage communities. We think it's high time we got past "us-vs.-them" thinking.

The francophone majority is not the only community that needs the support of collective rights in Quebec; its English-speaking minority community must also be guaranteed collective rights to help it remain a viable community in Quebec. Far from being worried about the future of the English language, many English-speaking Quebecers are interested in speaking French and integrating into Quebec society. Our schools are losing ground, our regional communities are under-served, and our unemployment levels are disproportionately high. Many of our youth -who feel socially, economically, and politically alienated -leave Quebec searching for better prospects.

We understand the need to protect and promote the French language in Quebec. We have several concerns, however, about the changes that Bill 103 proposes to Quebec's Charter of Human Rights of Freedoms and the Charter of the French Language. Bill 103 makes no reference to Quebec's English-speaking minority community; it provides a narrow version of Quebec's patrimony; it ignores the contribution made to Quebec society by its English-speaking minority; it challenges the ability of designated municipal bodies to provide services in English; and it contains a troublesome interpretive clause that would require Quebec Courts to interpret our inherent human rights and freedoms through a language lens.

It is possible to protect both the French language and the interests of Quebec's English-speaking minority community. With this in mind, we have asked the Quebec government to follow the example of the late Gerald Godin, who was a fine poet as well as a minister of immigration in the government of Rene Levesque. In 1984, Godin succeeded in adding a clause recognizing Quebec's English-speaking minority to the preamble to the Charter of the French Language.

What we are asking for is that the government incorporate wording along such lines into those sections of Bill 103 that affect the collective rights and freedoms of the English-speaking minority. We're calling on the government to include us, to work with us, to listen to us, and to protect our minority community's interests in the name of the greater good.

Linda Leith is president of the Quebec Community Groups Network, a 36-member umbrella group representing the English-speaking minority. www.qcgn.ca

© Copyright (c) The Montreal Gazette

Read more: www.montrealgazette.com/.../story.html

Posted by Hugo Shebbeare on 3 December 2010

Here is a story countering these extremists' lies about how 'rich' our community is:  www.ledevoir.com/.../communautes-quebecoises-d-expression-anglaise-elles-sont-moins-riches-qu-on-ne-le-croit

Communautés québécoises d'expression anglaise - Elles sont moins riches qu'on ne le croit

«Pour une petite élite britannique, il y avait une masse effarante de personnes pauvres»

David Dumouchel   1 mai 2010  Actualités en société

Photo : Jacques Nadeau - Le Devoir

Il y a belle lurette que le clivage entre minorités linguistiques divise au Québec. Quelques siècles d'histoire commune n'ont rien fait pour arranger les choses; méconnaissance et préjugés se sont perpétués, souvent fondés sur une perception erronée du passé. Pour corriger le tir, un nouvel organisme a été fondé l'an dernier: le Réseau de recherche sur les communautés québécoises d'expression anglaise (RRCQEA).

Le Québec francophone a longtemps lutté contre ses problèmes d'estime de soi; il s'est souvent perçu comme un peuple «colonisé», «porteur d'eau», à la solde d'une élite anglophone riche et désireuse de l'exploiter sans souci aucun pour son bien-être. S'il y a une certaine vérité dans cette image, explique Lorraine O'Donnell, coordonnatrice chercheuse au RRCQEA, elle n'en reste pas moins totalement éclipsée par un autre aspect beaucoup moins connu de l'histoire, à savoir que la pauvreté était — et est toujours — fort répandue au sein des communautés anglophones du Québec.

«Pour une petite élite britannique, souvent écossaise, il y avait une masse effarante de personnes pauvres, poursuit-elle. Des quartiers comme Griffintown et Pointe-Saint-Charles étaient à l'époque les bastions d'une classe ouvrière irlandaise extrêmement pauvre, tout comme les environs du Petit-Champlain, à Québec. Et c'était parfois pire dans les milieux ruraux, où une extrême pauvreté perdurait de génération en génération.»

Encore aujourd'***, la croyance populaire veut que les communautés québécoises anglophones fassent mieux que les francophones au plan financier. «C'est pourtant faux!», s'exclame Lorraine O'Donnell. Une étude récente, menée par le Réseau communautaire de santé et de services sociaux, indique en effet que près de 22 % des anglophones du Québec vivent sous le seuil de faible revenu (SFR), contre quelque 16 % des francophones.

La différence est significative et perceptible pour qui regarde vraiment, croit Lorraine O'Donnell. «Quand les gens se basent sur leurs expériences personnelles pour réfléchir à la question, ils identifient rapidement plusieurs endroits où il n'y a aucune corrélation entre richesse et communauté anglophone: N.D.G., Verdun, quartiers de l'Est de Montréal, mais aussi Gaspésie, Côte-Nord [qui ont beaucoup souffert du déclin des industries maritimes] et plusieurs villes rurales. Plusieurs des connaissances anecdotiques, que nous possédons tous, déboulonnent le mythe, et pourtant il perdure.»

Traditions

Ainsi, les communautés québécoises d'expression anglaise, en général aussi touchées par la pauvreté que les autres, ont historiquement contribué au développement de réponses adaptées à leur situation. Alors que les élites de ces communautés disparates — les anglophones ne forment en effet pas un bloc monolithique, tant s'en faut, mais plutôt une mosaïque de groupes aux moeurs, coutumes et appartenance religieuse très contrastées — ont bâti des hôpitaux, les franges plus populaires s'échinaient à améliorer leurs conditions de vie quotidienne.

«Peu de gens le savent, estime Lorraine O'Donnell, mais les débardeurs irlandais ont beaucoup fait pour l'établissement du syndicalisme au Québec. Dès les années 1860, influencés par leurs propres traditions d'organisation et de militantisme, ils ont contribué à l'établissement d'un regroupement syndical, certes embryonnaire, mais qui marquait néanmoins le début de quelque chose d'important.»

Car les Irlandais, malgré le clivage linguistique, ne travaillaient pas en vase clos; ils collaboraient avec les autres débardeurs et les ont ainsi nécessairement influencés. «Il y avait à l'époque beaucoup d'échanges et de mouvements. L'idée n'est pas de dire que les anglophones ont développé ceci ou cela, mais bien de souligner leur contribution à l'avancement de la société québécoise. C'est d'ailleurs cela qui est unique au Québec: la minorité linguistique, elle-même divisée en sous-groupes ethniques, religieux et culturels, a apporté beaucoup de traditions qui ont créé une dynamique très particulière.»

Autre exemple de ce dynamisme: les femmes à la maison, qui créaient des réseaux d'aide informels afin de combattre la pauvreté. «Cela met en lumière l'histoire d'organisation pour combattre la pauvreté. Tout ça est un héritage réel», pourtant méconnu.

Un réseau encore jeune

Les travaux du RRCQEA ne se limitent toutefois pas à l'apport des communautés anglophones québécoises pour contrer la pauvreté. «L'idée de cette instance de recherche, indique Lorraine O'Donnell, est de regrouper les chercheurs qui travaillent sur des questions liées aux communautés d'expression anglaise en un réseau cohérent et organisé qui soit à même d'assurer une bonne diffusion du fruit de leur effort. Une partie de mon rôle est de faire le réseautage entre les chercheurs, les groupes communautaires et les instances gouvernementales, afin de faire mieux comprendre l'importance de la communauté anglophone du Québec et de faire connaître les défis auxquels elle fait face.»

Dans le cadre du 78e Congrès annuel de l'Acfas, le RRCQEA proposera ainsi une trentaine de conférences échelonnées sur deux jours. La plupart d'entre elles seront données en français; une traduction simultanée sera offerte dans le cas des autres, «car il est primordial d'aborder ces problématiques ensemble, comme un groupe de chercheurs québécois, dont la langue d'usage importe peu».

***

- «Communautés d'expression anglaise du Québec: enjeux actuels et tendances» se tiendra les lundi 11 et mardi 12 mai, au pavillon Jean-Coutu.

- Pour plus d'information sur le RRCQEA, voir le site www.quescren.ca/fr.

Posted by Hugo Shebbeare on 13 December 2010

Now Journalists are openly discussing this link between RRQ extremists (of which how Louis Prefontaine is a member):

This year, the PQ, the Bloc and the RRQ were members of a coalition against the Charest government’s proposed language legislation. PQ leader Pauline Marois and Bloc MP Pierre Paquette participated in a coalition news conference at which the RRQ was represented.

Imagine that you open an envelope mailed to you at your home and find a letter resembling a communiqué of the terrorist Front de libération du Québec.

Like the FLQ communiqués, the letter (snipurl.com/1lxcc9) is on paper bearing a drawing of a marching, rifle-bearing Patriote of the 1837 Rebellion.

It informs you that your name and address have been posted on a website identifying you as someone who last year contributed the legal maximum of $3,000 to the Quebec Liberal Party.

It declares you “a target” for anybody who wants the Charest government either to hold a public inquiry into the construction industry and political financing or resign.

It is only when the government has done so that the website will be closed and “you will find peace again.” Maybe you recognize the name of Patrick Bourgeois of the Réseau de résistance du Québécois at the bottom of the letter.

And maybe you recall that only last year, a 250th-anniversary re-enactment of the battle of the Plains of Abraham in Quebec City had to be cancelled after Bourgeois and the RRQ threatened violent disruptions.

Or maybe you visit the RRQ’s own website, where past violence in the name of Quebec independence is justified and those who resorted to it, such as 1960s goon-squad leader Reggie Chartrand, are glorified (snipurl.com/1lxsxe).

Also on the site, there’s a communiqué announcing that Liberal contributors such as you have been “targeted” by the RRQ.

Wouldn’t you feel threatened? Wouldn’t you fear that your property might be vandalized and that you and your family might be harassed, even attacked physically, by RRQ sympathizers?

And maybe this is Bourgeois’s real objective: Wouldn’t you hesitate before making another contribution to the Liberal Party? Once the letter became public knowledge, wouldn’t anybody?

Bourgeois obtained the names and addresses of the contributors from the party’s annual financial report to the chief electoral officer.

The report must contain the name and mailing address of every contributor of more than $200, and it is a public document.

Last year, 12,060 contributors gave the Liberals more than $200 each, accounting for 87 per cent of the party’s fundraising take.

The Liberals raked in $7.2 million in contributions, more than all the other parties combined, and twice as much as the RRQ’s ally, the Parti Québécois.

To my knowledge, the only mainstream parties in Canada willing to associate with extremists such as the RRQ are the PQ and its federal ally, the Bloc Québécois.

The PQ and the Bloc provide moral and even material support to the RRQ.

Earlier this year, the PQ, the Bloc and the RRQ were members of a coalition against the Charest government’s proposed language legislation. PQ leader Pauline Marois and Bloc MP Pierre Paquette participated in a coalition news conference at which the RRQ was represented.

And last year, Marois and Bloc leader Gilles Duceppe participated with Bourgeois in a reading of nationalist texts, an event for which their parties provided financial and technical support.

Now Bourgeois is returning the favour.

The PQ has tried unsuccessfully through parliamentary means to eliminate the Liberals’ financial advantage by lowering the legal limit on individual contributions.

Now its ally is using “extraparliamentary” means that would achieve the same objective by intimidating Liberal contributors.

The PQ might not condone Bourgeois’s extreme tactics, though as of yesterday afternoon, it hadn’t condemned them, either. But it stands to benefit from them.

dmacpherson@montrealgazette.com

Read more: www.montrealgazette.com/.../story.html

Posted by Hugo Shebbeare on 13 December 2010

Now, from the source of LouisPrefontaine.com this Loser has joined the ranks of the most extremist of organisations in the country:

ourquoi j’ai décidé de joindre le RRQ

03 décembre 2010 | Divers | Partager sur Facebook | Partager sur Twitter |

23 commentaires

Un jour, il y avait un peuple qui avait peur, qui n’existait que sur la pointe des pieds. Un peuple dont on niait l’existence depuis des siècles et qu’on aurait aimer éliminer. Un peuple dont on diluait l’identité dans un grande fourre-tout canadien n’ayant comme finalité que de détruire sa spécificité.

Un jour, pourtant, ce peuple a changé. Il s’est pris en main, il s’est affirmé, il s’est libéré de ses chaînes. Il a réussi à jeter les bases d’une existence francophone à long terme en Amérique du Nord. Même s’il craint encore de se libérer intégralement, il est aujourd’*** reconnu par ses semblables peut-être pas encore comme on regarde un égal, mais il a à tout le moins obtenu le respect.

Ce peuple a changé.

Et si un peuple peut changer, tout le monde peut changer.

Source de l’image

Je n’ai jamais aimé les mouvements trop organisés. Je n’aime pas qu’on me dise comment penser ou agir. J’aime rester libre de mes idées.

Je me souviens, entre 1996 et 1998, j’étais à la fois membre du Mouvement de Libération Nationale du Québec (MLNQ) de Raymond Villeneuve et de l’Association pour la défense des droits sociaux (ADDS) de Montréal-Métropolitain. J’étais vraiment jeune, même pas majeur, mais je portais en moi déjà les germes des deux causes qui sont miennes: la libération nationale du Québec – qui s’est transformée en un désir encore plus fort et précis de sauvegarder avant tout notre langue – et une société économiquement plus juste où les pauvres ne seraient pas laissés de côté.

Or, il m’est arrivé deux anecdotes assez intéressantes. À peu près au même moment, en plus, ce qui augmente l’ironie de la chose.

D’un côté, avec le MLNQ, nous avions eu une réunion dans un café rue Saint-Denis si ma mémoire est bonne. Et je me souviens d’individus tenant un discours résolument de droite m’ayant fait sentir absolument pas à ma place. J’avais parlé de mon militantisme à l’ADDS avec le résultat qu’on a méprisé celui-ci, qualifiant cette cause de « défense des B.S. » ou autres quolibets. Je suis peut-être retourné une ou deux fois dans des activités, notamment lorsqu’on a « attaqué » des partitionnistes dans l’ouest de l’île, mais je n’étais plus bien avec ce groupe.

De l’autre côté, j’avais une réunion à l’ADDS près du Stade Olympique. Et lorsque j’ai dit que je militais également pour le MLNQ, je me suis fait sortir du local en me faisant crier des noms comme quoi j’étais facho, raciste, etc. Nul besoin de dire que si j’ai gardé ma carte de membre encore un moment, je ne l’ai pas renouvelée.

Ces deux expériences ont fait monter en moi le désir d’allier ces deux causes qui me sont chères et m’ont incité à me poser les questions suivantes: comment libérer le Québec si ses plus pauvres ne le sont pas, et comment intéresser ceux-ci à la cause nationale s’ils sont laissés de côté?

Aussi, elles m’ont fait comprendre que je ne serais jamais heureux dans un mouvement désirant embrigader ses membres.

* * *

L’automne dernier, je travaillais à la SSJB. Mario Beaulieu était venu me chercher pour mes talents d’écriture. Qu’ai-je fait pour la Société? Rien de très révolutionnaire: des discours, des communiqués, de la recherche, etc. La SSJB est une grande organisation et Mario Beaulieu savait comment gérer son équipe.

D’une manière fortuite, à un certain moment, j’ai entendu des anecdotes. Diverses anecdotes. Je ne veux pas entrer dans les détails, mais certaines personnes que je croyais reliées au RRQ avaient eu des problèmes avec la SSJB et ne pouvaient même pas s’y pointer. Incidemment, j’ai eu un conflit sur Facebook avec une de ces personnes, ce qui a engendré des conséquences plutôt désastreuses en ce sens que le conflit s’est transformé d’une affaire entre un individu X et la SSJB en une guerre ouverte entre moi et Patrick Bourgeois, dirigeant principal de l’organisation. Comment cela a-t-il été possible, je ne le sais même pas encore clairement aujourd’***. Je dirais que j’ai écrit un texte qui a été mal écrit, que des gens l’ont mal compris, que j’ai tenté maladroitement de me justifier, que je me suis emporté, que j’ai le sang chaud, que je m’y suis pris un peu au sérieux, etc. Bref, la grosse ***. Et le fait que j’avais critiqué certaines méthodes du RRQ, notamment celle de ne pas porter plainte à la police quand on agressait un de ses membres, n’a sûrement pas aidé.

Malgré le conflit qui était devenu davantage un conflit d’égo entre moi et Patrick Bourgeois qu’entre moi et le Réseau de Résistance du Québécois (RRQ), j’ai eu, au cours de la dernière année, un respect croissant pour ce qu’a fait notamment Les Éditions du Québécois, avec son livre dénonçant le génocide culturel des francophones du Canada, ou avec sa réédition de Jules-Paul Tardivel, un homme qui aurait avantage à être mieux connu, même s’il voulait tout autant la protection du français en Amérique que l’établissement d’une théocratie.

J’aurais eu plusieurs occasions de régler le conflit avec Patrick Bourgeois. René Boulanger me l’avait même offert une fois, et j’ai eu la chance de travailler avec lui dans une relation extrêmement positive alors que j’ai préparé les textes qui ont été lus lors du spectacle du 11 avril dernier. Mais le fruit n’était pas mûr.

Pas encore.

Pourquoi l’est-il aujourd’***? Simplement parce que le respect croissant que j’ai pour les activités du réseau a dépassé l’orgueil de conflits qui n’ont pas leur raison d’être. Autrement dit: je réalise que c’était con. Et je le fais en tant que simple citoyen, ne travaillant plus pour la SSJB – j’avais choisi d’y réduire drastiquement mes heures pour des raisons personnelles et Mario m’avait rendu les choses plus faciles en me proposant de m’offrir des contrats ponctuels à la place.

C’était con. C’était foutrement con.

Ce qui était con, ce n’était pas seulement ce conflit entre moi et Patrick Bourgeois, ou entre moi et le RRQ en général (ce qui s’est transposé en conflit avec au moins un autre membre du réseau), mais plutôt l’idée qu’il puisse y avoir quelque chose d’assez important pour me faire oublier que le RRQ représente la plus grande partie de mes croyances.

Je cherchais à comprendre pourquoi autant de gens ressentaient le besoin d’afficher ces trois lettres, jusqu’à en faire des vidéos où celles-ci prenaient presque la plus grande partie de l’image, mais j’ai également compris que tout est une question de symbole et que ce symbole que représente le RRQ en est un d’espoir pour une partie croissante de la population.

En clair, ces conflits étaient stupides parce qu’au niveau de la communauté de pensée, j’étais d’accord avec 95% de ce que proposait le RRQ. Et de plus en plus, au fur et à mesure que je constatais la pusillanimité de certains membres influents d’autres organisations – la petitesse de deux historiens ayant refusé que je m’en prenne à la mollesse intrinsèque du Devoir et ayant réclamé ma tête à la SSJB pour ne nommer qu’eux – et que mes recherches pour l’écriture d’un livre sur la langue française me faisaient comprendre la nécessité d’adopter des gestes de cassure – des gestes radicaux – pour sauver notre langue, je réalisais qu’il n’y avait pas « un » RRQ, mais « des » RRQ, c’est-à-dire que le réseau permet une certaine liberté de pensée en son sein et qu’il n’impose pas de mot d’ordre précis – du moins c’est mon impression alors que j’écris ce texte.

Je ne suis pas un militant au sens classique du terme. Je suis un auteur, un écrivain, un blogueur, un recherchiste, un ce-que-vous-voulez-qui-tape-sur-un-clavier. J’ai de la gueule, je dérange. Mais j’ai choisi de me joindre au RRQ également parce que ce mouvement dérange. Parce qu’on aimerait le faire taire. Parce qu’on en a peur. Parce qu’il représente la frange la plus radicale de la société et que l’indépendance – quoi qu’on en dise – constitue un geste de rupture impliquant une bonne dose de radicalisme.

Si je rejoins le RRQ aujourd’***, ce n’est pas pour y changer quoi que ce soit, ni pour militer activement dans ses instances. C’est avant tout un vote d’appui, un coup de pouce signifiant que si je ne suis pas d’accord avec tout ce que font tous les membres du réseau, j’approuve la direction du mouvement et je considère que celui-ci, dirigé par Patrick Bourgeois, avec l’aide de René Boulanger et l’appui intellectuel de Pierre-Luc Bégin, est le mouvement le plus en mesure de faire avancer la cause des résistants.

Car contrairement au MLNQ de 1996-97, qui constituait un mouvement me semblant davantage d’arrière-garde et moins orienté vers le futur, le RRQ est à la fine pointe de la recherche de moyens permettant aux peuples en situation minoritaire d’assurer la survie de leur langue et de leur identité.

Face au rouleau-compresseur d’une anglomanie rampante qu’on veut nous faire passer pour une ouverture, viendra peut-être le jour où ce seront d’autres peuples qui se tourneront vers le Québec à la recherche de façons de sauver leur langue et de protéger ce qu’ils sont. Cette résistance, cette construction d’un nouveau monde pluriel où les peuples aspirent à survivre, elle se fait grâce à des mouvements comme le RRQ et c’est avec fierté que je choisis d’ajouter ma voix aux milliers de Québécois qui ont déjà compris qu’il y a un seul destin qui attend un peuple qui se couche: la disparition.

Nous sommes en guerre. Si nous ne nous battons pas, nous disparaîtrons.

L’heure n’est plus aux divisions.

Posted by Hugo Shebbeare on 11 January 2011

louisprefontaine.com/.../delire-persecutoire-minorite-anglophone

So far my comment is still there, but copying it here in full to counter his 'editing'.  

----

Mon cher Louis Préfontaine,

Nous sommes de ces anglophones du Québec qui adore la langue française : c’est la raison pour laquelle nous vivons ici. Il y a 400 ans déjà depuis que le français existe au Québec, et il n'y pas de doute que cela restera ainsi pour les années à venir.   Mon prénom, et celui de ma sœur, Monique, sont d’origine française parce que nos traditions Franc-Normandes continuent depuis plus que 1000 ans déjà (voir Ascelin Perceval de Gouel, ou bien, Robert D’Ivry qui ont envahît l’Angleterre avec Guillaume en 1066). Nous demandons simplement que l’égalité devant la loir entre tous les citoyens du Québec existent, ce qui est présentement pas le cas.

Votre article est franchement sans goût et plein de mépris pour vos voisins de la province depuis plus que 250 ans. Nous avons bâti cette province ensemble, c’est une coexistence de cultures depuis la conquête sur les plaines que semblez bien oublié malgré un diplôme en histoire (?): Irlandais, Écossais, Anglais et Français principalement (et non exclusivement) – grâce à la coopération et tolérance des autochtones après la Grande Paix, ont tous aider à créer un Québec contemporain.

Je suppose que de marcher dans une ville bilingue le 16 Juliet l’année dernière, voir

www.sqlservercentral.com/.../how-to-deal-with-quebec-s-extremists-expose-their-malfeasance-publically.aspx ,  en hurlant vos propos anglophobes est de bon goût?  Je n’ai pas le choix que de défendre la minorité anglophone contre vos propos Xénophobes envers non seulement notre minorité (qui est autour de 14% de la province, bien plus que votre mensonge écrit ci-haut) mais aussi envers les Allophones. Je prends des risques à nous défendre devant vos insultes, propagande haineux et harcèlement psychologique: les malfaiteurs que vous représentez fièrement ne sont d’ailleurs qu’une petite faction intolérante du Québec à l’intérieur de la minorité séparatiste-clanniste.  Enfaite, vous faîtes partie de ceux que crient le plus fort afin de nous présenter en tant qu’oppresseurs-colonisateurs (peut-être un gros bébé qui ne lâche pas son nombril depuis les plaines, tel que Patrick Bourgeois?). Si vous êtes si brave avec votre Blog haineux, qui chie sur tout le monde constamment, pourquoi vous n’êtes pas capable de dénoncer officiellement le scandale de la Caisse de dépôt et placement du Québec officiellement comme moi.

Mon rapport sur leur audit interne est actuellement banni de publication et, ce contre les intérêts du publique et de la transparence de cette institution maudit. Il est encore une autre confirmation de ce que les grandes boites McKinsey et PricewaterhouseCoopers ont trouvées aussi en ce qui concerne la mal gestion de notre ‘bas de laine.’ Revenez me voir quand vous pouvez mettre à vos genoux la plus grande boite de fonds institutionnels du Canada en entier à vos genoux pendant deux ans et demi avec un double recours. Si vous êtes vraiment le plus brave défenseur des intérêts des tous les Québécois, pourquoi ne pas dénoncez ce genre de bavures et d’injustice ? Même l’Association Québécois des retraitées publiques et parapubliques m’ont appuyé avec mes démarches – allez voir leurs communiqués de l’année dernière à propos de la Caisse !

Reculons en septembre 2008, après avoir obtenu la preuve en main que la Caisse de Défauts a échoué son audit interne (projet de contrôles internes, politique d’attestations financières, bien avant la perte de $47BN divulguée le printemps 2009), j'ai commencé de grimper la montagne de l'illusion tranquille afin de mettre à genoux ces imposteurs, et voleurs de liberté/droits que vous détester autant que moi des fois dans vos postes blogues antérieures. J'y grimpe toujours, suite à une décision écrite à l'encre souverainiste par le Commissaire Louise Verdone à la Commission des relations du travail - j’étais parrainé grâce à ma superbe avocate Jocelyne Cotnoir de la Commission des normes du travail: www.sqlservercentral.com/blogs/hugo/archive/2010/02/15/first-public-hearing-against-quebec-s-pension-fund-manager-the-beginning-of-proof-multiple-laws-were-violated-before-sabia-took-over.aspx?CommentPosted=true  Le double recours se poursuit avec la Commission des droits de la personne.

En ce qui concerne la loi discriminatoire 101, un grand peuple n'as pas besoin d'une loi pour faire une jambette à ses propre voisins qui parle une langue 'étrangère' tel que projeté sans cesse par des extrémistes tels que vous (des gestes qui contribue à l’épuration ethnique des minorités de la province, afin de le rendre homogène ‘pur laine’). La langue française au Québec n'est pas en danger, c'est une fausse tempête pour que le PQ ou Bloc obtienne plus de vote sur le dos des minorités qui favorisent la Lingua Franca (qui est une langue officielle au Québec dans plus de 70 municipalités, donc c’est absolument faux de dire le contraire), bien sûr, et pour favoriser un environnement non-concurrentielle au gouvernement pour la majorité linguistique de la province. Un grand peuple, dont je fais partie (par des Charlebois), n'as pas besoin de baisser son voisin, ‘ma langue doit être plus grande que la tienne icite’, avec une loi si discriminatoire que cette Chartre! Il est grand temps que le Québec évolue de son Anglophobie, nous sommes en 2011 voyons! C’est débile au Québec le racisme et justice à deux vitesses (voir Marc Cassivi Presse).

Si vous n’êtes pas capable de voir comment les moins que riens-choyés-pitoyables selon vous, sont empêchées de progresser au sein du Gouvernemama ici au Québec, car <2% d’anglophones seulement sont permis de travailler dans notre propre gouvernement, alors vous êtes complètement irrespectueux et l’ignorant que cette forme de discrimination peut se passer partout, et le Québec ne fait pas épargner de ce genre de bassesse. Actuellement la Commission des droits de la personne est dans le processus de médiation avec la Caisse de Défauts pour les commentaires non-voulus envers ma personne ‘Tu vois, les anglais sont faciles à mettre dehors’ par Yves Roy, ancien Première Vice-Président de cette institution anciennement pourri par Rousseau et sa gang de bandits à cravates, alors une fois de plus, vous vous trompez encore avec vos pensées que la discrimination n’existe pas envers les anglophones du Québec. C’est à noter aussi, qu’une deuxième Première Vice-Président, Rodrigue Lussier, a été mis à la porte grâce à mes plaintes.  Par la suite, la Caisse, en déboursant 1.4$ millions de l’argent des contribuables, a fait le nettoyage de 55 postes, depuis que Michael Sabia est arrivé pour rediriger cet énorme bateau perdu avec son ethno-nationalisme rétrograde.

Même vos alliés proches vous a mis à la porte de la SSJB et du MMF, c’est à se demander si Imératif français, le RRQ en feront de même?  Voici un commentaire d’un de vos ‘amis` ( quebecfranophone at videotron.ca – Yvan Major August 17, 2010) :  ‘….You are a french hater the same you complain for Louis Préfontaine is an english hater... there is not much differences between both of you but the language your trying to badly defend.’

De mon côté, je ne suis pas ni francophobe, ni anti-bilingue tel que vous, et je ne suis évidemment pas Xénophobe, donc bonne chance avec vos démarches de zélote.

Je vous souhaite une agréable journée Monsieur Préfontaine, continuez de vous tirer dans le pied étant donné votre réputation de militant francophone freak bien connu. Veuillez accordez mes plus grandes sentiments distinguées.

Hugo Shebbeare

PS. Je suis Canadien pas un ‘anglais’. Par contre, les anglais de Cambridge ne trouve pas ce j’écris pitoyable, tel que vos amies separateux. Voici mon plan de relève gratuit, qui reste la meilleure rubrique dans cette catégorie depuis un an déjà : www.simple-talk.com/.../backup-and-recovery

Ou bien, cet article publié par Microsoft lui-même, le géant de l’informatique, remplit avec les fautes anti-meilleurs pratiques de la Caisse de Défauts :

technet.microsoft.com/.../gg483744.aspx

Nos institutions sur-financées? Quel propos de jalousie ! Ce n’est pas notre faute que le niveau de décrochage est très élevées chez les institutions de la majorité de la province.  Arrêtez de blâmer les ‘autres’ encore. Les institutions anglophones on le plein droit d’être financé comme elles le sont, car le Canada a deux peuples fondateurs, et nous vivons dans le Canada. Le Québec est une ‘province’ et égale région conquit, et dans ce cas ‘pays’ égale région, dans cette interprétation du français. À Lire : nodogsoranglophones.blogspot.com/.../myth-of-overfinancing-of-english.html

nodogsoranglophones.blogspot.com/.../ouch-fridays-blog-piece-hits-nerve.html

Autre chose: In Belgium, the Vlamns Blok had to be disbanded - as should the PQ and BQ, since they do the same repetitive incitements to discriminate against the Anglophones/allophones of QC by ethno-centric politics, and cry the sky is falling on French, although it has been here 400 years in QC and counting. So we are truly in a pre-failure time for them en.wikipedia.org/.../Vlaams_Belang ‘Appellate Court of Ghent came to a final verdict, forbidding their and the party's continued existence for its 'repeated incitement to discrimination' - here the Bloc and the PQ gets away with the equivalent with impunity. Marois has multiple times worked hand-in hand with the RRQ, this has even been pointed out in major newspapers, yet nothing is done – parce qu’un attaque sur les ‘anglais’ et notre langue est toujours mérité. Quel hônte..  

Posted by Hugo Shebbeare on 1 February 2011

Here`s is a copy from a friend of mine who witnessed Louis P. harass everyone for not having a FB group of about Nursing in Public spaces, entirely in the FR language:

To: hugo@intellabase.com

Sent: Tue, February 1, 2011 11:24:55 AM

Subject: Fw: Louis Prefontaine harasses everybody

Louis's Profile · Allaite-In's Profile · Louis's Wall

Louis PréfontaineAllaite-In

Désolé, mais je n'appuie pas un groupe qui méprise la langue nationale de cette façon. Si votre groupe était en français, j'en aurais fait la promotion, mais je trouve votre à-plat-ventrisme devant l'anglais inacceptable.

2 hours ago · LikeUnlike · Comment

Val Gouin C'est pour tout le monde, autant les francophones que les anglophones. C'est vraiment une raison bien ordinaire de pas nous appuyer.

about an hour ago · LikeUnlike

Louis Préfontaine Alors pourquoi ne l'écrivez-vous pas en mandarin, en italien, en espagnol, en arabe, en lettonien, en russe? Ce n'est pas pour eux?

about an hour ago · LikeUnlike

Martin Guindon en anglais, c'est un nurse-in.

about an hour ago · LikeUnlike ·  1 personLoading...

Stephanie Fontaine la loi 101, tu connais? ca vadans les 2 sens.

about an hour ago · LikeUnlike

Karine Murphy Bon c'est mal d'être bilingue maintenant... Ah la la!

about an hour ago · LikeUnlike

Louis Préfontaine

Personne ne dit que c'est mal de parler des langues étrangères. Simplement, si votre événement concerne les Québécois, faites-le dans la langue des Québécois. C'est tout.

Vous demandez à ce qu'on respecte les femmes enceintes qui allaitent ...- ce que je suis le premier à réclamer - mais vous ne respectez même pas la langue du Québec...See More

about an hour ago · LikeUnlike

Val Gouin L'allaitement n'a pas de langue!

about an hour ago · LikeUnlike

Louis Préfontaine

Alors je te repose ma question. Si l'allaitement n'a pas de langue, pourquoi n'écrivez-vous pas votre événement dans des dizaines de langues différentes?

Soyons sérieux. Votre événement concerne le Québec et la langue officielle du Québec es...t le français.

Si vous voulez faire des événements s'adressant à des pays étrangers, ce serait une chose différente, évidemment.See More

about an hour ago · LikeUnlike

Val Gouin Ben tant pis, restez chez vous, c'est tout!

57 minutes ago · LikeUnlike

Emma Kwasnica huh? Pourquoi venir ici juste pour nous dire ça? Sérieux, là....

56 minutes ago · LikeUnlike ·  1 personLoading...

Louis Préfontaine Bravo. On organise un événement au Québec, on méprise la langue nationale du Québec et ensuite on demande à la personne qui exige la langue nationale de rester chez elle. Bravo.

Alors, à quand la version en mandarin et en russe?

55 minutes ago · LikeUnlike

Louis Préfontaine ‎@Emma: Parce que la défense de notre langue nationale concerne tout le monde.

55 minutes ago · LikeUnlike

Emma Kwasnica ‎...et la défense de l'allaitement en publique ici à Montreal concerne plein de mamans montréalaises qui ne parlent pas français, mais anglais.

50 minutes ago · LikeUnlike

Julie Bergeron ce qui est inacceptable c'est de faire de cet évènement un débat linguistique alors qu'il s'agit de promouvoir l'allaitement, peu importe la langue parlée par la maman !! T'es passé complètement à côté de l'essentiel cher Louis...alors reste donc chez toi !!

50 minutes ago · LikeUnlike ·  3 peopleLoading...

Val Gouin Ici c'est pas un débat sur la langue, c'est un évènement qui connaîtra beaucoup de succès demain et sachez que vous êtes le SEUL à vous plaindre là-dessus, alors que le reste de la population a bien compris que c'est un mot INVENTÉ et qui, avouons-le, plait aux gens, car on le cite partout. Merci bonsoir!

49 minutes ago · LikeUnlike

Louis Préfontaine

L'essentiel, c'est que vous demandez le respect, mais que vous méprisez la langue nationale du Québec. Comment voulez-vous que les gens vous respectent si vous leur manquez de respect?

Ça va dans les deux sens.

@Emma: La langue officielle du ...Québec est le français. Si des gens vivent ici sans parler la langue officielle, pourquoi ne pas travailler à les intégrer plutôt qu'à les isoler en s'adressant à eux dans une langue étrangère?See More

49 minutes ago · LikeUnlike

Louis Préfontaine

Je suis peut-être le seul à le dire tout haut. Mais je le dis quand même: vous manquez de respect aux Québécois en utilisant une langue étrangère dans votre événement. Merci.

P.S. Le débat linguistique, c'est VOUS qui l'avez créé en méprisan...t la langue officielle.See More

47 minutes ago · LikeUnlike

Emma Kwasnica Donner le sein va bien au-delà des langues. :-))

41 minutes ago · LikeUnlike

Louis Préfontaine Ce n'est pas le fait de donner le sein, mais plutôt le fait de jouer les à-plat-ventristes devant une langue étrangère comme le fait cette fille de Val d'Or, coeur de notre Québec FRANCOPHONE.

41 minutes ago · LikeUnlike

Mario Silo Louis Prefontaine feels insecure because he was ***-fed from falsies!

40 minutes ago · UnlikeLike ·  1 personLoading...

Emma Kwasnica Good night, Louis!

39 minutes ago · LikeUnlike

Louis Préfontaine Je ne parle pas ta langue étrangère, Emma. Si tu veux me parler, fais-le dans la langue nationale.

39 minutes ago · LikeUnlike

Val Gouin Parler l'anglais est aussi un droit, en passant :)

38 minutes ago · LikeUnlike

Louis Préfontaine Ah oui, depuis quand violer la Loi 101 est un droit?

37 minutes ago · LikeUnlike

Louis Préfontaine Depuis quand mépriser la SEULE langue officielle et nationale du Québec est un droit?

37 minutes ago · LikeUnlike

Emma Kwasnica ok, understood!

37 minutes ago · LikeUnlike

Cynthia Gibeault

Ayoye!! Ne perdez pas votre temps avec cet individu. Peu importe votre langue, l'idée est de s'unir tous ensemble afin de promouvoir le droit d'allaiter partout, n'importe quand. Honnêtement, je ne vois pas de débat linguistique ici. Ce n'e...st même pas un groupe facebook français ou anglais, c'est un groupe permettant de diffuser un événement important. Puis pour vous Louis, je me rapelle avoir déjà lu votre blogue. Par contre, je ne suis pas prête à recommencer. Votre intransigeance me répugne au plus au point. And by the way... Bravo à toutes celles qui seront là demain!!See More

27 minutes ago · LikeUnlike ·  1 personLoading...

Louis Préfontaine

Depuis quand exiger de se faire respecter dans notre langue est de l'intransigeance? Moi ce que je vois, c'est surtout de la mollesse de la part de la créatrice de cette page. Elle est à genoux devant l'anglais, méprise ses concitoyens, et ...elle croit qu'en retour nous allons la respecter.

NON MERCI.

Pas question que je milite pour quelqu'un qui méprise ma langue.See More

22 minutes ago · LikeUnlike

Anne Zeron yeah yeah we get it. Can you go away now?

20 minutes ago · LikeUnlike

Louis Préfontaine Je ne parle pas ta langue étrangère, Anne. Si tu veux me parler, fais-le dans la langue nationale.

19 minutes ago · LikeUnlike

Val Gouin Méchant problème ce gars là

18 minutes ago · LikeUnlike

Louis Préfontaine Oui, et mon problème c'est toi qui méprise notre langue.

18 minutes ago · LikeUnlike

Val Gouin Si tu veux te faire respecter, respecte les autres toi aussi. Va brailler sur ton blog, nous on s'en fou

17 minutes ago · LikeUnlike ·  1 personLoading...

Sandra Wesley

Le Québec est le seul endroit où des personnes comme ça sont si fières de leur ignorance. Peut-être vivez-vous dans le déni, M. Préfontaine, mais le référendum a échoué. Les deux langues officielles du CANADA (notre pays) sont le français e...t l'anglais. La vaste majorité des Montréalais considèrent le bilinguisme l'une des choses les plus merveilleuses de notre ville. La minorité à Montréal, ce sont les ignorants comme vous...

MTL Rocks!See More

17 minutes ago · UnlikeLike ·  1 personLoading...

Louis Préfontaine

‎@Sandra: Il y a une seule langue officielle au Québec et c'est le français. Article 1 de la Loi 101. Vous êtes l'ignorante. Le Canada n'est bilingue qu'au niveau fédéral; le Québec est une province unilingue française.

@Val: Le respect va d...ans les deux sens. Respecte la langue nationale et je te respecterai.See More

16 minutes ago · LikeUnlike

Cynthia Gibeault

Citation de Louis: "je n'appuie pas un groupe qui méprise la langue nationale de cette façon" En passant, la langue nationale = langue d'usage au CANADA, c'est-à-dire l'anglais. Car dans mes souvenirs, notre pays, c'est bien le Canada, non?... 2e citation: "si votre événement concerne les Québécois, faites-le dans la langue des Québécois" Quoi?? Bon, t'es pas un "vrai" québécois si tu ne parles pas français? Un anglophone né au Québec, on dit de lui que ce n'est pas un québécois parce qu'il ne parle pas notre langue? Bon, j'ai assez perdu de temps moi là...See More

16 minutes ago · LikeUnlike ·  1 personLoading...

Louis Préfontaine

‎@Cynthia: Le Québec est une nation, reconnue en 2003 par l'Assemblée nationale et en 2006 par le parlement canadien. Donc langue nationale = langue de la nation. Et la nation est québécoise.

Et oui, tu n'es pas Québécois si tu ne parles pas... la langue du Québec. C'est élémentaire.See More

15 minutes ago · LikeUnlike

Val Gouin Je veux pas me séparer du Canada, mais je veux bien me séparer de lui! LOL (ah oui, LOL c'est anglais, désolée!)

13 minutes ago · LikeUnlike

Louis Préfontaine Les vérités font mal, Val, hein? Pas drôle de te faire reprocher ton anglomanie, hein?

12 minutes ago ·  LikeUnlike

Val Gouin Oui je suis maniaque de l'anglais, je suis allée à l'école en anglais, je suis une hors-la-loi! Emprisonnez-moi quelqu'un!

8 minutes ago · UnlikeLike ·  1 person (Val states that, with sarcasm, she should be locked up because she is an outlaw according to Louis' logic.)

Louis Préfontaine Tu n'es pas une hors-la-loi. Simplement, tu manques de respect envers les Québécois, c'est tout. Parle la langue étrangère que tu veux dans ton intimité, mais quand on organise un événement au Québec, ça doit être en français. C'est aussi simple que cela.

7 minutes ago · LikeUnlike

Guido Sarducci maybe one *** could speak French while the other speaks English or maybe some Italian... please everybody, maybe no?

5 minutes ago · LikeUnlike ·  1 person

Val Gouin En fait, le français doit venir en premier, mais l'anglais a le droit d'y être. En passant, la majorité des commentaires de l'évènement sont en français, et dans les infos de l'évènement, le français apparaît en premier. Si tu veux revendiquer la langue française, chiaule aux Pages Jaunes qui tiennent des réunions strictement anglophones dans leur bureau de Montréal.

4 minutes ago · LikeUnlike

Chantal Caissié Ok... peut-on effacer toute cette conversation??? Qui est le gestionnaire?

3 minutes ago · LikeUnlike

Louis Préfontaine

L'anglais a le droit d'y être en minorité selon la Loi 101, mais il n'est pas question de Loi ici, mais plutôt de respect. Ce n'est pas une question de qui a droit à quoi, mais plutôt de respecter la seule langue officielle du Québec: le français.

Si tout le monde parle français, pourquoi une description dans une langue étrangère?

Allez, francise donc tout cela et je me casse! :)See More

3 minutes ago · LikeUnlike

Louis Préfontaine ‎@Chantal: Cachez ce sein que je ne saurais voir...

2 minutes ago · LikeUnlike

Leave a Comment

Please register or log in to leave a comment.